Se libérer de sa colère !

En ce moment, beaucoup d’entre vous remarquent une montée de l’agressivité.

Les personnes ont tendance à perdre plus facilement patience qu’auparavant.

La question que cela soulève est : est-ce que la montée de la colère est uniquement due à un contexte, un évènement, une tierce personne ?


Souvent mal vue et considérée comme une perte de contrôle de soi, la colère fait pourtant bien partie de nous tous et de nos émotions primaires tout comme la tristesse ou encore la peur. Mais que cache-t-elle ? que dit-elle de nous ?


Et si, nous nous mettions à sa rencontre ?


Dans cet article, je vous invite à découvrir la colère sous un autre angle et en fin d’article, je vous propose un exercice pour vous en libérer.


I. La colère


Le dictionnaire Larousse, définit la colère comme étant :

1. Etat affectif violent et passager, résultant du sentiment d’une agression, d’un désagrément, traduisant un vif mécontentement et accompagné de réactions brutales : se mettre en colère.

2. Manifestation de cet état, accès d’irritation.


La colère est donc une réaction de mécontentement vis-à-vis d’une situation, d’une personne donnée et nous l’exprimons quand :

* nous nous sentons en danger,

* nous ne sommes pas d’accord avec ce qu’il se passe,

* quand nous ne nous sentons pas respectés.


Nous pouvons donc conclure dans un premier temps, qu’éprouver de la colère est assez sain. Là où celle-ci devient malsaine est lorsque nous nous en prenons à quelqu’un, ou que nous la retournons contre nous.


II. Se familiariser avec sa colère


Pour pouvoir la gérer, il est nécessaire de mieux la connaitre !


En fonction de nos expériences, de nos éducations, nous réagissons tous différemment face à la colère.


Repensez à la dernière situation qui vous a mis hors de vous, de quelle façon avez-vous réagi? Avez-vous crié? Avez-vous fumé une cigarette ? Avez-vous tapé dans un mur ? Etes-vous partis courir ? Etes-vous sortis prendre l’air ?


Toutes nos réactions, nous amènent soit à :

*Nous énerver et culpabiliser après coup,

*Fuir et réprimer nos ressentis: la colère devant ainsi de la rancœur.


III. Comment exprimer sa colère de façon constructive ?


· En favorisant le dialogue : mais attention quand vous exprimez votre ressenti face à votre interlocuteur, exprimez les faits concrets, ne posez pas de jugements.

Exemple : ne dites pas « le jour où tu m’as dit cela et de cette façon, j’ai eu de la peine » (ici "de cette façon" sous-entend que vous attribuez à votre interlocuteur une façon de parler)

préférez « le jour où tu m’as dit cela, j’ai eu de la peine »


· Ne criez pas et calmez-vous : si vous ne montez pas dans les tours la personne en face de vous en fera autant.


· Essayez de vous mettre à la place de l’autre et de le comprendre.


IV. Comprendre sa colère


Qu’est-ce qui se cache derrière elle ?

La colère cache souvent un besoin ou un désir non satisfait.


Mettez-vous donc à son écoute :

Reprenez une situation qui vous a mis en colère et demandez-vous :

· Comment vous vous êtes sentis lors de cette situation ?

· Que votre colère vous a-t-elle apporté ?

· Quels bénéfices avez-vous pu tirer de cet état ?

· Que recherchiez-vous en alimentant cet état de colère ou qu’évitiez-vous ?


Nos émotions ne sont pas là pour « rien ». Elles nous délivrent des messages. Les écouter nous permet de comprendre ce qui se joue en nous, reconnaitre nos besoins qui n’ont pas été satisfaits et tout mettre en œuvre pour y parvenir.


Alors, reprenez la même situation : auriez-vous pu réagir différemment ?


Rappelez- vous, cette citation de Carl Jung :

« Tout ce qui nous irrite au sujet des autres peut nous conduire à une compréhension de nous-mêmes. »


V. Exercice de décharge pour vous libérer de la tension causée par la colère :


En position debout, placez vos pieds écartés de la largeur de vos hanches.


Sur l’inspiration, vous allez :

· Levez votre bras devant vous,

· Serrez votre poing : comme si vous mettiez là dans votre poing toutes les tensions cumulées.

· Ramenez votre poing (toujours chargé des tensions) au niveau de votre épaule.


Sur l’expiration, vous allez :

· Projetez votre poing devant vous : cela vous permet de vous libérer de toutes ces tensions.

Répétez cet exercice trois fois avec le bras droit, trois fois avec le gauche et trois fois avec les deux bras.


Entre chaque exercice, n’hésitez pas à reprendre une respiration calme, tout en observant vos sensations au niveau de vos bras.

A la fin de cet exercice, avant de reprendre vos activités, restez quelques instants dans cet état de détente et prenez le temps d’observer les changements dans votre corps.


La colère est une émotion qui comme pour toutes les autres, lorsqu’elle est refoulée, se révèle néfaste pour nous.

Se mettre à son écoute, c’est se mettre à NOTRE écoute.


En effet, comme évoqué plus haut, la colère est là pour nous dire que quelque chose ne va pas, que nous n’avons pas satisfait un besoin.


Posez-vous 5 minutes et écoutons là, apprenons de notre colère.


Apprendre à gérer ses émotions est nécessaire pour mieux vivre avec soi-même et mieux vivre avec les autres.


N’attendez plus « la goutte d’eau qui fait déborder le vase », exprimez vos ressentis est quelque chose de sain.


N'oubliez pas que la colère est une énergie, à vous de voir ce que vous voulez faire de cette énergie : vous en prendre à votre environnement, la refouler et vous « ronger » de l’intérieur ou en faire quelque chose de constructif.


Prenez soin de vous


MD

3 vues

Posts récents

Voir tout